Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

RADIO ARCADIE




20 leçons du Tao

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

20 leçons du Tao

Message par Bulle le Jeu 27 Avr - 11:17

Voici 20 concepts Taoïsme qui permettent de mieux aborder certaines situations ou de mieux vivre sa vie.
A lire sans modération.

Concept 1

Tout change tout le temps : je ne peux donc rien tenir pour acquis.

« Qui va vers le tao, le tao l’accueille. Qui va vers la vertu, la vertu l’accueille. Qui va vers la perte, la perte l’accueille. » Lao Tseu

En observant l’alternance du soleil et de la pluie dont dépendaient leurs moissons, les Chinois de l’Antiquité avaient compris que le changement est l’essence même de la vie. Le jour succède à la nuit, le printemps à l’hiver, l’adulte à l’enfant. Rien n’est fixe, tout bouge et se transforme continuellement, dans nos vies personnelles comme dans l’univers tout entier.

Se souvenir de la loi du changement permet de prendre plus de recul face aux événements: quelle que soit la situation dans laquelle on se trouve, on peut mettre celle-ci en perspective, entrevoir son évolution. Savoir que tout change tout le temps évite de se laisser surprendre ou déstabiliser par les événements.

A cultiver
• J’affûte ma perception, de façon à reconnaître les changements au tout premier indice.
• Je relativise ce qui m’arrive, car tout peut basculer d’un moment à l’autre.
• Je mets toute mon attention dans mes relations avec les autres, sachant qu’elles sont en perpétuelle évolution.

A éviter
• Je ne me laisse pas envahir par mes émotions, car je sais qu’elles sont passagères. Et que mon humeur est changeante.
• Je ne dis plus «Je suis comme ça» ou «C’est comme ça». Car au moment même où je finis ma phrase, ce n’est déjà plus «comme ça»!
• Je ne me fais pas aveugler par une passion amoureuse. Je la vis pleinement, sachant qu’elle est destinée à se transformer.

Phrase à méditer
« La seule chose qui ne changera jamais, c’est que tout est toujours en train de changer. » Le Yi King
________________________________________________________________

Concept 2

Chaque chose implique son contraire : c'est pourquoi je renonce à porter des jugements.


Pour définir quelque chose, nous sommes habitués à l’opposer à son contraire : le mal est le contraire du bien, le chaud le contraire du froid, etc.

Rien de plus faux pour les Chinois, pour qui il n’y a pas de séparation, mais un processus, une polarité entre deux éléments qui ne peuvent exister l’un sans l’autre. « Pile » n’est pas le contraire de « face » : il s’agit d’une seule et même pièce, qui a évidemment deux côtés. Cette vision non dualiste ne nous est d’ailleurs pas totalement étrangère : ne disons-nous pas qu’une personne a « les défauts de ses qualités »? Quant aux cyclistes et aux montagnards, ils savent bien que « montée » n’est pas le contraire de « descente » : tout dépend du sens dans lequel on va.

A cultiver
• J’oublie les notions de chance et de malchance : la catastrophe d’aujourd’hui pourrait demain se révéler une aubaine. Et réciproquement.
• Avant de dire qu’il fait mauvais, je me souviens que la pluie est essentielle à la survie de la planète.
Avant de dire qu’il fait beau, je pense aux conséquences de la sécheresse.
• Je sais apprécier les difficultés, car ce sont elles qui me font avancer.

A éviter
• Je ne m’arrête pas à la surface des choses : j’envisage toujours le revers de la médaille.
• Je freine mon enthousiasme quand les choses vont bien.
Je ne cède pas au découragement quand elles vont mal.
• Je me garde de mettre des étiquettes : j’apprends à moduler mes opinions.

Phrase à méditer
« Entre oui et non, la frontière est bien mince. Le bien et le mal sont entremêlés. » Lao Tseu
________________________________________________________________

Concept 3

L'énergie qui me traverse me vient de l'univers. Mais c'est à moi de la cultiver.

Chacun de nous est relié à tout ce qui existe, car animés par le même « souffle » que les Chinois appellent le qi (prononcer « tchi »). Fondement de l’existence et de toutes ses manifestations, cette énergie est le matériau primordial qui se condense en donnant la vie et se dissout lorsqu’elle la retire. A la naissance, notre qi est à l’état brut, et c’est à nous qu’il incombe de l’affiner. Notre bien-être physique et psychique, ainsi que notre accomplissement en tant qu’être humain, dépendent de la qualité du qi qui nous traverse. Cultiver le qi – ce que les Chinois appellent qi gong –, c’est d’abord apprendre à bien respirer : la maîtrise du souffle permet de se relier à la terre et de communiquer avec tout l’univers.

A cultiver
• Je m’habitue à respirer profondément et « en conscience » : en inspirant, j’absorbe le qi intègre; en expirant, je rejette les souffles viciés.
• Chaque matin, j’aère toutes les pièces de la maison.
• Si ma posture est mauvaise, mon qi circule moins bien : je pense à redresser mon dos, détendre mes épaules, décrisper mes mains et mes pieds.

A éviter
• Je ne fréquente pas les endroits bruyants, surpeuplés et mal aérés. • Je limite les « agents pollueurs » : stress, course contre la montre, cafés et cigarettes à la chaîne.
• Je ne laisse pas la poussière s’accumuler, elle fait stagner le qi.

Phrase à méditer
« La respiration d’un homme accompli vient des talons. Celle du vulgaire vient de la gorge. » Tchouang Tseu
________________________________________________________________

Concept 4

Je m'habitue à penser en termes de yin et de yang.

Le qi n’est ni statique ni « à sens unique » : il est formé de deux énergies, le célèbre couple yin et yang. Le premier symbolise l’obscurité, le froid, le faible, le souple, l’intériorité, donc le principe féminin.

Le second évoque la lumière, la chaleur, la force, la grandeur, la rigidité, l’extériorité, donc le principe masculin. Que nous soyons homme ou femme, tous deux sont présents en nous. Lorsque nous nous exprimons haut et fort, nous activons le yang ; lorsque nous écoutons et réfléchissons, nous laissons la place au yin. En apprenant à reconnaître ces deux principes en soi, on peut travailler à les équilibrer. En les voyant à l’oeuvre dans les phénomènes extérieurs, on se retrouve à même d’intervenir plus efficacement.

A cultiver
• En cas de conflit, j’écoute les arguments de mon adversaire (yin) avant de découvrir mes cartes et passer à l’action (yang).
• En face d’un dilemme, je réfléchis avec pondération (yin). Mais une fois que j’ai tranché, je me tiens à ma décision (yang).
• Toute avancée (yang) comporte parfois des reculades (yin). Trois pas en avant, un pas en arrière, telle est ma devise.

A éviter
• Je ne suis pas un « béni-oui-oui » (excès de yin). Il y a des circonstances où il faut savoir exprimer son indignation.
• Je ne confonds pas autorité et arrogance (excès de yang) : être sûr de moi n’implique nullement d’écraser qui que ce soit.
• Ne pas écouter ma fatigue dénote un excès de yang. Mieux vaut m’arrêter et reprendre ma tâche à tête reposée.

Phrase à méditer
« La vie d’une personne avisée est une action du ciel… Calme, elle a les vertus du yin. Active, elle a le flux du yang. » Tchouang Tseu
________________________________________________________________

Concept 5

Avant de combattre les événements j'essaie d'abord de m'y adapter.

Pour comprendre le fonctionnement du yin et du yang, il suffit de penser à celui de la bicyclette : je pousse sur une pédale (yang) et relâche l’autre (yin), et c’est grâce à ces deux mouvements opposés que je peux avancer. Toute forme de vie implique les deux principes, chacun n’existe qu’en fonction de l’autre et chacun est voué à se transformer en son contraire. Cependant, la sagesse chinoise tend à privilégier la douceur, la réceptivité et les facultés d’adaptation du yin : le tao n’est-il pas comparé à une rivière qu’il nous suffirait de suivre pour que tout aille pour le mieux ?

Défier les tempêtes et ramer à contre-courant peut parfois devenir nécessaire, mais en faire une règle n’aboutit qu’à l’épuisement.

A cultiver
• Je suis toujours disposé à modifier mes projets lorsque les circonstances extérieures le requièrent.
• Si quelqu’un m’agresse, je n’entre pas dans son jeu. Je reste serein et maître de moi, et attends qu’il récupère son calme.
• Dans une discussion, je préfère convaincre par la douceur plutôt que m’imposer par la force.

A éviter
• Je n’humilie jamais un adversaire, sachant qu’à la première occasion il me le fera payer.
• Je ne me vante pas de capacités que je ne suis pas certain d’avoir.
• Je ne m’entête pas face aux difficultés. Je fais le dos rond et attends que la situation évolue d’elle-même.

Phrase à méditer
« Qui se plie restera entier, qui s’incline sera redressé. Qui se tient creux sera rempli, qui subit l’usure se renouvellera. » Lao Tseu
________________________________________________________________

Concept 6

J'apprends à "non agir" : je fais ce qui doit être fait, sans m'inquiéter des résultats.

Le non-agir est le pilier de la pensée taoïste. Il ne signifie pas « ne rien faire », mais plutôt « ne pas faire » ce qui va à l’encontre du cours naturel des choses. « Non agir », c’est se rendre réceptif au tao en oubliant son ego, ses ambitions et ses désirs personnels.

C’est agir sans intention, mais seulement par nécessité, parce qu’il n’y a rien d’autre à faire : avec la certitude que cette action a une valeur en soi, en dehors de ce que l’on en obtiendra sur le plan concret. Le meilleur moyen de se libérer du stress et de l’anxiété, c’est d’exécuter toutes ses tâches en y mettant le meilleur de soi-même. Si les résultats ne dépendent pas seulement de soi, à quoi sert de s’en inquiéter ?

A cultiver
• Je me mets à l’écoute de mon intuition : contrairement à mon ego, elle sait toujours ce qu’il faut faire.
• Si je viens en aide à quelqu’un, c’est parce que je dois le faire. Pas pour me faire bien voir ou en retirer un quelconque avantage.
• Je me concentre sur ma tâche, sans penser à rien d’autre qu’à ce que je fais.

A éviter
• En renonçant à avoir des attentes, j’évite bien des déceptions.
• Je n’évalue pas mon travail en termes d’argent, mais d’utilité.
• Je ne m’attache pas au produit de mon travail. Quand j’ai fini, je passe à autre chose.

Phrase à méditer
« Il produit sans s’approprier, il agit sans rien attendre. Son oeuvre accomplie, il ne s’y attache pas. Et puisqu’il ne s’y attache pas, son oeuvre restera. » Lao Tseu
________________________________________________________________

Concept 7

J'évite les excès et vise en toute chose le "milieu juste".

Zhong Guo, littéralement « pays du Milieu », c’est ainsi que s’appelle la Chine, et ses grands penseurs auraient aimé qu’elle soit aussi le pays du milieu juste. Synonyme de modération et de synchronisation des actions humaines avec les forces de l’univers, le milieu juste n’est pas un point statique entre deux extrêmes, mais « un pôle attractif qui tire les hommes vers le haut » (Anne Cheng, in Histoire de la pensée chinoise, Seuil, Points, 2002).

Pour le représenter, les sages chinois recouraient souvent à la métaphore du tir à l’arc : l’archer devait atteindre le coeur de la cible au moment précis où résonnait le gong, ce qui impliquait une parfaite maîtrise du corps, mais aussi de l’esprit. Comme lui, nous devons rechercher le milieu juste en toute chose et attendre le « moment juste » pour passer à l’action.

A cultiver
• Je définis mes objectifs aussi clairement que possible, puis me tiens prêt à décocher ma flèche. Sans hâte ni impatience.
• Je sais apprécier un bon repas, mais je ne me gave pas. Je ne dédaigne pas un bon verre, mais je ne me saoule pas.
• Eduquer, c’est savoir se tenir dans le milieu juste : je sais punir mes enfants, et aussi les récompenser.

A éviter
• Je n’exhibe pas mes biens, je ne me vante pas de mes succès. Ainsi j’éviterai de faire des envieux.
• Je ne m’éparpille pas entre mille projets. Je me fixe sur un seul but, et ne l’abandonne pas avant de l’avoir porté à terme.
• Je ne hurle pas, mais sais me faire entendre. Je ne m’enthousiasme pas, mais sais apprécier ce que j’ai.

Phrase à méditer
« L’efficacité du milieu juste est suprême, mais la plupart des gens en ont perdu la notion depuis longtemps. » Confucius
________________________________________________________________

Concept 8

Je n'oublie pas que le but de ma vie est de me perfectionner.

Pour Confucius, le grand sage sans lequel « la Chine ne serait pas ce qu’elle est » (Cyrille J.-D. Javary, in Paroles de Confucius, Albin Michel, 2005), l’homme n’est ni bon ni mauvais, il est perfectible. Ce qui distingue l’être de qualité de l’être ordinaire, c’est le ren (prononcer « jen ») ou vertu d’humanité, cette étincelle grâce à laquelle l’homme prend conscience de lui-même et de sa différence par rapport aux autres créatures, et s’interroge sur la valeur morale de ses actes. Travailler à devenir pleinement humain, c’est se construire soi-même, en partant de ses potentiels et en s’appliquant inlassablement à les développer : c’est ce que Confucius appelle l’« étude », et qui n’est autre que le travail sur soi.

A cultiver
• Je m’efforce de toujours agir « moralement », en faisant passer l’intérêt de tous avant le mien propre.
• Quand j’hésite sur la conduite à suivre, je m’interroge : « Que ferait un être de qualité ? Que ferait un être ordinaire? »
• Je cultive la discipline, ma meilleure alliée.

A éviter
• Je ne cherche pas à cacher mes lacunes : je travaille à les combler.
• Je ne me laisse influencer ni par les médias, ni par le voisin, ni par personne. Je n’ai qu’une échelle de valeurs : la mienne.
• Je ne m’afflige pas si mes mérites ne sont pas reconnus. Je m’afflige seulement de mes manques.

Phrase à méditer
« L’honnête homme remonte sa pente, l’homme vulgaire la descend. » Confucius
________________________________________________________________

Concept 9

Avant de me lancer dans l'action, je m'interroge sur les énergies en présence.

Nous savons tous que le succès de nos entreprises ne dépend pas seulement de nous, et que le meilleur projet peut tomber à l’eau si nous le présentons au mauvais moment ou de la mauvaise façon. Pour bien conduire son existence, il faut savoir harmoniser ses actions avec le contexte dans lequel elles s’insèrent, en comprenant la nature des énergies en présence. Le moment est-il plutôt yin ou plutôt yang ? Faut-il agir ou attendre? C’est là tout l’objet du Yi King ou « Livre des changements », véritable socle de la pensée chinoise : un livre unique au monde, qui répond aux questions que nous lui posons, en nous informant sur la qualité énergétique du moment et sur la meilleure façon de l’utiliser.

A cultiver
• Pour demander une augmentation, je me renseigne sur la situation de l’entreprise, et l’humeur du patron.
• Avant de prendre une décision, je regarde en moi-même pour savoir si je suis prêt. Puis j’étudie les conditions extérieures.
• Pour convaincre quelqu’un, je cherche sa « ligne de moindre résistance » (Jean-François Billeter, in Leçons sur Tchouang Tseu, Allia, 2004): j’enfonce le clou là où ça fait le moins mal.

A éviter
• Je ne me laisse pas guider par mes émotions et me garde des coups de tête.
• Quand quelqu’un me fait du tort, je ne réagis pas tout de suite : j’essaie d’abord de comprendre la dynamique des événements.
• Je ne fonce pas tête baissée, je prends le temps d’envisager les conséquences possibles de mon action. : j’enfonce le clou là où ça fait le moins mal.

Phrase à méditer
« Une personne avisée pénètre la vérité des choses, sait s’en tenir à l’essentiel. » Tchouang Tseu
________________________________________________________________

Concept 10

Je me conforme à la "volonté du ciel" et j'accepte ce que je ne peux changer.

Les Chinois ne connaissent pas de Dieu créateur. Le principe supérieur est représenté par le ciel, qui représente l’élan créatif ; sa contrepartie est la terre, symbole de réceptivité. Entre les deux se trouve l’homme, pivot entre ciel et terre, au sommet de la pyramide du monde créé. La relation homme-ciel est un va-et-vient constant de bas en haut et de haut en bas : l’homme s’adresse au ciel en exécutant des rites et le ciel lui répond. Pour que tout fonctionne harmonieusement, il faut savoir distinguer ce qui est du ressort de l’homme – et que nous appelons le libre arbitre – et ce qui relève de la volonté du ciel, c’est-à-dire le destin.

A cultiver
• Mon destin est fixé à la naissance, ma mission consiste à l’utiliser au mieux.
• Chaque soir, je m’interroge : « Suis-je sûr d’avoir fait tout ce qu’il était en mon pouvoir de faire? »
• J’accepte mon vieillissement avec sérénité. Ce qui ne m’empêche pas de mettre tout en oeuvre pour en freiner le processus.

A éviter
• Je ne me mets pas en tête de changer les autres. Le seul que je peux – et que je dois – changer, c’est moi.
• Ma généalogie fait partie de mon destin. Pourquoi alors m’en prendre à ma famille?
• Je ne cache pas mon âge. Parce que c’est inutile, et aussi parce que je sais en apprécier les aspects positifs.

Phrase à méditer
« Connaître les actes respectifs du ciel et des humains est le summum du savoir. » Tchouang Tseu
________________________________________________________________

Concept 11

Je cultive la "chan attitude" : je reste calme et centré en toutes circonstances.

Chan, c’est le bouddhisme « à la chinoise », précurseur du zen japonais. Si le bouddhisme est la seule religion étrangère qui ait réussi à s’implanter dans le pays du Milieu – et a y prospérer –, c’est parce qu’il présente de nombreux points en commun avec le taoïsme. Tous deux considèrent que le monde tel que nous le voyons est une illusion, la seule réalité étant la vacuité (pour les bouddhistes) et le vide (pour les taoïstes).

Tous deux prêchent le détachement et la non-avidité. Tous deux donnent une grande importance à l’introspection, à la vie contemplative et à la méditation. A leur exemple, il faut apprendre à tourner son regard vers l’intérieur et à rester maître de soi quoi qu’il arrive.

A cultiver
• Je sais que ma perception des choses est souvent erronée, je ne lui donne pas une importance excessive.
• Je remercie de ce que j’ai, au lieu de me plaindre de ce que je n’ai pas.
• Je me souviens que la vie suit la loi de l’alternance : bonheur et malheur, maladie et santé, frustration et satisfaction, rien n’est jamais définitif.

A éviter
• Je ne me fais pas contaminer par l’agitation des autres. Quand on me met la pression, je reste courtois et imperturbable.
• Je ne me laisse pas envahir par la peur : c’est la pire conseillère qui soit.
• Je ne crains pas la solitude mais au contraire la recherche, car c’est le seul moyen pour me connaître moi-même.

Phrase à méditer
« Tranquillité dans le tumulte, c’est ce qu’on appelle perfection. » Tchouang Tseu
________________________________________________________________

Concept 12

Chaque chose arrive en son temps : je cultive la patience, l'art de savoir attendre.

Pour devenir un être accompli, il faut développer sa patience. Savoir attendre est une vertu très prisée par les grands sages de la Chine ancienne, tout comme par le Yi King, qui ne se lasse pas de la célébrer. Lorsque l’on a accompli tout ce qui était en son pouvoir pour mener à bien un projet, la seule chose qu’il reste à faire est d’attendre patiemment que la situation mûrisse. Rien ne sert de s’agiter, de vouloir précipiter les choses, de harceler les gens. Les paysans de la Chine ancienne savaient que le ciel finirait par leur envoyer la pluie, mais ils ne savaient pas quand : une fois terminées les semailles, ils rentraient chez eux et se reposaient. Comme eux, il faut apprendre à attendre, et à se détendre.

A cultiver
• Quand les choses traînent, j’en déduis que le tao m’invite à aller plus doucement.
• Je donne du temps au temps, et profite de l’attente pour mettre de l’ordre dans ma vie et régler les affaires en suspens.
• Je pratique le « non-agir » en m’adaptant au rythme naturel des choses, à la cadence du tao.

A éviter
• Si une chose à laquelle je tiens ardemment est différée, je ne me fais pas prendre par l’anxiété. Je me concentre sur autre chose.
• Si un coup de téléphone important tarde à venir, je mets le répondeur, j’éteins mon portable… et je vais me promener.
• Je ne me laisse pas prendre par l’accélération généralisée. Les autres courent? Je vais ralentir.

Phrase à méditer
« En cherchant à hâter les choses, on manque le but. Et la poursuite de petits avantages fait avorter les grandes entreprises. » Confucius
________________________________________________________________

Concept 13

Je reste à ma place et cultive la modestie en toute occasion.

Vertu cardinale de la pensée chinoise, la modestie se calque sur une loi universelle : celle qui tend à remplir ce qui est vide et diminuer ce qui est en excès. On est modeste quand on prend conscience de son infinie petitesse par rapport au tout : « Je ne me sens être qu’un caillou dans l’univers… Comment oserais-je m’en enorgueillir ? » disait Tchouang Tseu. Etre modeste, c’est occuper sa juste place, et savoir se tenir à l’intérieur d’un cadre qui s’agrandit ou se rétrécit selon les circonstances. La modestie implique d’être sûr de soi : à quoi sert d’en rajouter si l’on a une idée précise de ses qualités ? Elle implique aussi de savoir reconnaître ses lacunes et travailler à les combler. En toute modestie …

A cultiver
• Je suis toujours prêt à reconnaître mes défauts. Ainsi je me rends sympathique et suis mieux accepté.
• Lorsque les circonstances le requièrent, je garde profil bas. Sans me sentir frustré ni diminué.
• Je sais me faire entendre chaque fois que c’est nécessaire. Mais je veille toujours à y mettre les formes.

A éviter
• Je ne souligne pas mes talents, pour ne pas susciter d’hostilité.
• Je ne me vante pas de mes succès, car je sais qu’ils sont relatifs et transitoires.
• Je ne confonds pas modestie et servilité : rester à sa place n’est pas synonyme de ramper.

Phrase à méditer
« Qui s’exhibe ne rayonnera pas. Qui s’affirme ne s’imposera pas. Qui se glorifie ne verra pas son mérite reconnu. Qui s’exalte ne deviendra pas un chef. » Lao Tseu
________________________________________________________________

Concept 14

Je fais très attention à tout ce qui sort de ma bouche.

Lao Tseu disait que « celui qui sait ne parle pas, celui qui parle ne sait pas ». Confucius n’était pas en reste et se méfiait comme de la peste du langage et de ses pièges. A la séduction des beaux discours, il préférait l’harmonie du geste ; aux bavardages de ses contemporains, le son céleste de la musique. Le maître pesait ses mots et ne supportait pas ceux qui en faisaient mauvais usage. A son image, il faut donc prêter plus d’attention à ce que l’on dit, car le langage est un outil difficile à maîtriser : on regrette plus souvent d’avoir parlé que d’avoir tenu sa langue, une phrase malheureuse peut suffire à gâter une amitié ou compromettre une carrière.

A cultiver
• Je ne parle que si j’ai quelque chose à dire et je ne m’exprime que sur ce que je sais.
• Ma façon de parler révèle qui je suis : je soigne mon vocabulaire et ma grammaire, mais aussi ma diction et le ton de ma voix.
• Les dérives de langage sont très contagieuses. Si autour de moi les gens s’expriment n’importe comment, je vais devoir redoubler d’attention.

A éviter
• Je me garde des expressions toutes faites : elles banalisent mon discours et enlèvent toute force à mes propos.
• Je ne tourne pas autour du pot et exprime mes requêtes de façon aussi directe que possible : mes interlocuteurs m’en sauront gré.
• Je ne colporte pas de ragots, car je tiens à l’estime et à la confiance de mon entourage.

Phrase à méditer
« Un défaut dans un jade blanc s’efface au polissage. Un mot placé mal à propos ne peut se reprendre. » Confucius
________________________________________________________________

Concept 15

Je change de regard sur les personnes âgées.

C’est dans la piété filiale, le système relationnel institué par Confucius, encore en vigueur aujourd’hui, que le très grand respect porté par les Chinois aux plus âgés puise ses origines. La famille est le modèle sur lequel l’individu réglera, tout au long de sa vie, sa façon de se comporter avec les autres. Avec les plus âgés, il se conduit comme avec ses père et mère; si la différence d’âge est moindre, il se calque sur la relation aîné-cadet. Ce système permet de toujours se sentir à sa place et de ne jamais commettre d’impairs vis-à-vis de personnes que l’on ne connaît pas. Ce serait une bonne idée de s’en inspirer, en commençant par faire preuve de plus de considération et d’affection envers les personnes âgées.

A cultiver
• Je sais que les anciens souffrent de leur invisibilité. Je les regarde et les écoute avec intérêt, car ils ont toujours quelque chose à m’apprendre.
• Aimer et respecter les plus âgés est affaire de bon sens : je les traite comme je voudrais être traité à leur âge.
• Je reconnais aux grands-parents le rôle important qui est le leur, et encourage les contacts entre mes enfants et les personnes âgées.

A éviter
• Aider qui est plus vieux que moi n’est pas « faire une BA ». C’est simplement me conduire en être humain.
• Mépriser les « vieux », c’est faire preuve d’ignorance. Et se condamner à mal vieillir.
• Je ne confonds pas respect et commisération : les seniors n’ont que faire de ma pitié.

Phrase à méditer
« La piété filiale et le respect des aînés sont les racines mêmes de l’humanité. » Confucius
________________________________________________________________

Concept 16

Je choisis mes amis avec le plus grand discernement.

Tout comme l’amour, l’amitié ne va pas de soi et mérite les plus grands égards. Confucius ne s’intéressait guère au premier, mais beaucoup à la seconde, et ses conseils en matière d’amitié sont d’une étonnante actualité. Sa première recommandation concerne les critères de choix : si les valeurs de l’autre sont trop différentes des miennes, il ne pourra jamais y avoir de véritable échange. Vient ensuite l’honnêteté : il faut toujours dire ce que l’on pense, même si ce n’est pas plaisant. La loyauté est un autre ingrédient fondamental : on se doit d’être fidèle à ses amis en toutes circonstances et de ne jamais déroger à ses engagements. Pour finir, il faut savoir reconnaître leurs talents et les encourager à les développer.

A cultiver
• Je suis sincère avec mes amis et n’hésite pas à les mettre en garde lorsque je pense qu’ils se trompent. Mais je le fais avec tact.
• Je me montre tel que je suis : les masques n’ont pas leur place en amitié.
• Au début d’une relation, je maîtrise mon enthousiasme : une amitié se construit pas à pas.

A éviter
• Je ne choisis pas mes amis pour les avantages que je pourrais en retirer : l’amitié n’a rien à voir avec l’opportunisme.
• Je me méfie des solutions de facilité : le voisinage n’est pas un critère suffisant, seules comptent les réelles affinités.
• Je n’encourage pas les défauts de mes amis. Je n’offre pas d’alcool à quelqu’un qui boit trop, ni de cigarettes à qui veut arrêter de fumer.

Phrase à méditer
« Ne recherchez pas l’amitié de ceux qui ne partagent pas vos exigences. » Confucius
________________________________________________________________

Concept 17

Je limite mes exigences et sais me contenter de ce que j'ai.

Le bambou représente la limitation, symbolisée par les noeuds de sa tige. Tout comme les bouddhistes, les grands sages taoïstes ne cessent de nous mettre en garde sur l’attachement excessif aux biens matériels. L’argent et les possessions ne sont pas de mauvaises choses, mais l’être de qualité les met à leur juste place, qui n’est pas la première, mais vient après sa vie intérieure et son accomplissement spirituel. « Sur cent projets d’un riche, il y en a quatre-vingt-dix-neuf pour le devenir davantage », dit un proverbe chinois. Le problème n’est pas l’argent lui-même, mais la dépendance
qu’il tend à créer : plus on en a, plus on voudrait en avoir. S’efforcer de limiter son avidité est essentiel, car celle-ci éloigne de soi et fait oublier le tao.

A cultiver
• Je considère l’argent comme un outil : rien de plus, rien de moins.
• Je sais que le but d’une existence humaine est de s’enrichir. Mais cet enrichissement n’a rien à voir avec les possessions matérielles.
• Je traite « les choses en choses » au lieu de me laisser « traiter en chose par les choses » (selon l’expression de Tchouang Tseu) : je ne suis esclave ni de ma voiture, ni de mon téléphone portable, ni de rien.

A éviter
• Je ne m’identifie pas à mon compte en banque : je vaux bien plus que ça !
• Je cesse de me comparer à ceux qui ont plus que moi, j’essaie de me comparer à ceux qui ont moins.
• Je ne tombe pas dans le piège de l’hyper consommation. Avant de casser ma tirelire, je m’interroge sur mes vrais besoins.

Phrase à méditer
« Pas de plus grand malheur que d’être insatiable. Pas de pire fléau que l’esprit de convoitise. Qui sait se borner aura toujours assez. » Lao Tseu
________________________________________________________________

Concept 18

Je simplifie ma vie et sélectionne attentivement mes loisirs.

Pour devenir un être accompli, il faut savoir renoncer à tout ce qui encombre l’existence et éloigne du tao. Cinq cents ans avant notre ère, les grands sages chinois exhortaient déjà leurs semblables à simplifier leur vie, à ne pas s’éparpiller ni se laisser contaminer par la frénésie ambiante : qui sait ce qu’ils diraient s’ils voyaient où nous en sommes arrivés…
Tel un jardinier qui élague sa haie, chacun doit peu à peu éliminer les activités superflues pour pouvoir se concentrer sur l’essentiel. Gaspiller son temps libre revient à se gaspiller soi-même : il faut donc cesser de perdre son temps dans des occupations qui n’apportent rien et n’ont rien à voir avec ses vrais intérêts.

A cultiver
• J’oublie la frénésie du « faire » et m’exerce à pratiquer le « non-faire » : je retrouve mon rythme naturel et découvre les bienfaits de la lenteur.
• Dans mes loisirs, je mise sur l’enrichissement plutôt que sur le divertissement, j’apprends à dire non aux invitations qui ne m’intéressent pas.
• Je tente une journée sans télévision ni téléphone portable. Et j’en tire mes conclusions.

A éviter
• Je ne lis pas un livre parce que tout le monde en parle ou parce qu’il a plu au voisin. Mes lectures doivent suivre un fil conducteur.
• Je ne donne pas de rendez-vous dans des endroits bruyants : comment écouter mes amis si je ne m’entends pas penser?
• Je ne force personne à me suivre dans mes loisirs. Chacun doit utiliser son temps libre comme il l’entend.

Phrase à méditer
« Qui contemple l’eau trouble perd de vue l’eau limpide. » Tchouang Tseu
________________________________________________________________

Concept 19

J'exerce constamment mes facultés d'observation.

Confucius a évoqué à maintes reprises la primauté du geste sur la parole. Pour évaluer un interlocuteur, il ne se contentait pas de l’écouter : il le regardait avec attention. Lorsque le maître nous conseille d’observer les autres, ce n’est pas dans le but de les critiquer mais de mieux les connaître, et aussi de mieux nous connaître. La chose la plus difficile étant de se voir tel que l’on est, les défauts des autres doivent être vus comme des avertissements : si nous les remarquons, c’est probablement parce qu’ils nous concernent de très près. Il faut donc s’habituer à mieux observer tout ce qui se trouve autour de soi, ce qui oblige à moins parler. Car dès que l’on ouvre sa bouche, la perception diminue.

A cultiver
• Chaque fois que je note un défaut chez une personne, je me demande si je n’ai pas le même.
• J’observe avec attention les maisons des autres : elles en disent long sur leurs occupants.
• Chez une personne, je note l’habillement, le type de voiture, le sport et les loisirs qu’elle pratique : tout est message, tout est langage.

A éviter
• Je me garde du regard superficiel, qui balaie sans se fixer et regarde sans voir.
• Observer ne veut pas dire juger. Mon regard doit être attentif, mais sans a priori ni malveillance.
• Je ne me fixe pas sur ma petite personne : c’est le meilleur moyen pour ne rien voir de ce qui se passe autour de moi.

Phrase à méditer
« Voyez pourquoi un homme agit, observez comment il agit, examinez ce qui fait son bonheur. Que pourrait-il encore vous cacher ? » Confucius
________________________________________________________________

Concept 20

Je respecte mon corps et l'entretiens avec soin.

Pour la sagesse chinoise, entretenir son corps est avant tout un acte moral. Notre corps ne nous appartient pas, c’est « une forme qui nous est fournie par le ciel et la terre », disait Tchouang Tseu, une manifestation du qi sous sa forme la plus condensée : notre santé dépend de la circulation harmonieuse de cette énergie le long de canaux appelés méridiens.

Maintenir notre corps tel qu’il nous a été « confié » n’est pas suffisant, nous devons travailler à en optimiser toutes les potentialités. Corps et esprit sont intimement liés : en agissant sur le premier, nous perfectionnons le second. Il faut avoir conscience de cette unité profonde et sentir combien l’exercice physique régulier est capital pour l’équilibre intérieur.

A cultiver
• Pour savoir dans quel état d’esprit je me trouve, j’écoute mon corps : c’est le meilleur baromètre de mon état intérieur.
• Je fais du sport « pour » mon corps et non pas « contre » lui : j’oublie le culte de la performance et progresse à mon rythme.
• En soignant l’harmonie de mes gestes, je renforce mon harmonie intérieure.

A éviter
• Aller au-delà de ses forces est contre nature, aussi le sage ne se fatigue-t-il jamais. En respectant son corps, il se conforme à son tao.
• Je ne saute pas le déjeuner, je ne mange pas devant mon ordinateur. Je prends mes repas dans le calme et fais attention à bien mâcher.
• Les excès alimentaires dénotent une mauvaise écoute de notre corps : celui-ci sait très bien nous dire quand il est rassasié.

Phrase à méditer
« Un vivant doit avant tout soigner son corps. Qui ne veut pas soigner son corps ferait mieux de quitter le monde. » Tchouang Tseu

http://www.envol-spiritualite.com/t7715-20-lecons-du-tao
avatar
Bulle
énergéticienne
énergéticienne

Messages : 371
Date d'inscription : 11/08/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20 leçons du Tao

Message par Yéti le Jeu 27 Avr - 13:27

Suspect Je pense sincèrement que c'est bien ce que tu dis là... mais franchement je n'ai pas lu jusqu'au bout...

_________________

Il faut du chaos en soi pour accoucher d'une étoile qui danse
Freidrich Nietzsche
avatar
Yéti
oniromancienne
oniromancienne

Messages : 837
Date d'inscription : 08/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20 leçons du Tao

Message par Bulle le Jeu 27 Avr - 15:57

je te rassure je l'ai lu en 3 fois
avatar
Bulle
énergéticienne
énergéticienne

Messages : 371
Date d'inscription : 11/08/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20 leçons du Tao

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum